Atelier d’écriture N°4

Atelier d’écriture N°4

Sujet : Il n’aimait pas les vacances

 

Dernière heure de cours à la faculté. Julien redoutait les vacances scolaires. Il savait qu’il devrait rentrer auprès de sa famille à 70 km de là, et subir les réprimandes quotidiennes de son paternel.
« Julien, qu’est ce que tu nous coûtes cher, on se serre vraiment la ceinture pour toi, tu as intérêt à avoir de bons résultat sinon c’est mon pied que tu vas trouver au derrière. »
Julien hochait la tête vaguement car il savait que ce n’était qu’un prétexte, ce qui mettait en rage son père, qui continuait de plus belle. La soirée commençait toujours comme çà. Read more

Publicités
Atelier d’écriture n°3

Atelier d’écriture n°3

Sujet 3:

« Il savait qu’une longue marche l’attendait … »

Temps: -5 min

Paul rentra chez lui, fatigué, las, il était conscient du fait qu’il ne pouvait pas abandonner et qu’il devait protéger sa famille, mais les forces commençaient à lui manquer…
Il poussa lentement la porte de la « maison » qu’il avait construite à la hâte 7 nuits plus tôt. Ou jours ? Il ne savait plus. Il ne savait plus quel jour nous étions car ces derniers se ressemblaient tous. Se lever, se laver brièvement, manger était une option, si la chasse avait été fructueuse, faire de l’exercice, chasser ou partir à la cueillette de baies comestibles, et puis, attendre que la nuit arrive pour tenter de s’endormir et de rêver à des jours meilleurs. Mais surtout, toujours, toujours rester sur ses gardes.

Read more

Atelier d’écriture n°2

Atelier d’écriture n°2

Sujet : La petite fille au ballon rouge

 

« Prends soin de toi Justine! Et Mamie tu gardes bien l’œil sur elle hein, ne la laisse pas s’échapper elle est tellement espiègle !
– Ne t’en fais pas ma chérie, je veillerais bien sur elle, hein mon chaton?!
– Ouii, Mamie m’a promis qu’on irait à la fête foraine, hein mamie tu avais promis la dernière fois.
– Justine calme toi, tu vois, tu fatigues déjà ta grand-mère !
– OH mais non, je sais que je suis âgée mais j’aime tellement m’occuper de mes petits-enfants. Le temps passe tellement vite…
-… Et vous avez grandi si vite, oui maman je sais, tu le dis à chaque fois que je m’en vais. Bon, je passe la chercher à 18h d’accord? Bisous ma puce à ce soir, soit sage hein ?! Ne fait pas tourner ta mamie en bourrique.
– Promis maman… » Read more

Une lecture passionnante

Une lecture passionnante

Il s’agit de « La petite femelle », un livre qui me hante depuis que je l’ai refermé.

Voici l’histoire :

Pauline Dubuisson, fille d’un père qui veut en faire une sociopathe, a passé son enfance à st Malo la tête dans les livres de cours. Nous sommes dans les années 30 et cette dernière va vivre l’horreur de la guerre et faire des choix difficiles qu’il est humain de faire.

La guerre terminée elle entrera en fac de médecine. L’ambiance est spéciale et pesante. On fait comme si de rien n’était alors que nos amis, nos parents sont morts pendant la guerre. Read more

Atelier d’écriture N°1

Atelier d’écriture N°1

Sujet : « Ce tête-à-tête l’avait épuisé.

Il avait grand besoin d’un verre »

Dans son crâne, résonnaient au loin les mots que sa mère avait prononcé.


Elle venait de partir, elle n’avait pas supporté les cris et larmes de son fils. Cette annonce devait l’avoir soulagé d’un poids immense, pourtant elle savait que le calvaire de Romain ne faisait que commencer. On ne se remet pas facilement d’une aussi terrible nouvelle. Read more

Un jour une petite histoire – Le chêne

Un jour une petite histoire – Le chêne

J’aime beaucoup trouver des petites histoires.
Voici celle que je me suis inventée hier dans la voiture, en regardant le paysage danser sous mes yeux…

Je l’ai intitulée sobrement:

« L’histoire du chêne »

Hors d’haleine, Jean tentait de récupérer son souffle. Il avait couru si vite depuis le village que sa poitrine lui faisait mal et l’air lui brûlait la cage thoracique.
Cela le faisait rire intérieurement car il se dit qu’il n’était plus tout jeune.

« Tu commences à te faire vieux, les sprint ne sont plus pour toi mon cher Jean » se dit-il à lui même.
Arrivé au sommet de la colline, il surplombait le village et les alentours, sans être vu car les feuillages cachaient sa silhouette.

Jean se souvint …

Read more